Chanson « Le bal de l’hôtel de ville » 1879

Auteur : Maurice MAC NAB dans « Poèmes incongrus »

Editée chez BLOT en 1887.

Jouée  au CHAT NOIR

Chantée par Henry DREYFUS dit FURZY

Extrait du livret de chansons de Jean Baptiste BLANCHARD :

Le bal de l'hotel de ville 1 Le bal de l'hotel de ville 2 Le bal de l'hotel de ville 3

 

le bal de l'hotel de ville

Ecoute de la chanson sur :

http://www.musicme.com/Henri-Fursy/titres/Un-Bal-A-L’hotel-De-Ville-t580268.html

La chanson originale de MAC NAB comportait deux autres couplets (les 4ème et 5ème) qui n’apparaissent pas dans le livret de J.B. BLANCHARD :

« Quand j’ai vu ça j’m’en suis flanqué
Par dessus les oreilles ;
J’avais jamais tant tortillé
Ni tant sifflé d’bouteilles.
Comme on peut pas tout
Manger d’un seul coup,
J’en ai mis plein mes poches.
Quand on a bon cœur,
On pense à sa sœur
A sa femme, à ses mioches ! »

« Après ça j’arrive en m’promenant
Dans l’fumoir où qu’l’on fume.
Je m’asseois et j’tire tranquill’ment
Mon brûl’ gueul’ que j’allume.
Mais v’là qu’un larbin
Pour fair’ le malin
M’tend un’ boîte de cigares.
J’la met sous mon bras
Des Panatellas !
Quel coup pour la fanfare ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *